Voir la version en ligne
 
 
["UFM"]
 
Avril 2020-2 n°9 - 26 avril 2020
 
 
Femmes victimes de violences pendant le confinement … vous n'êtes pas seules !
 
Une vidéo commune a été réalisée pour alerter sur les violences conjugales en confinement, et le recours aux différentes structures et associations.
 
Sexisme pendant le confinement
Notre coup de gueule ! 
Déconfinez nos corps !
 
Depuis le début du confinement des voix s’élèvent ! Des voix de femmes : des féministes, des dessinatrices, des femmes sans aucune casquette particulière ! Le grondement se fait de plus en plus fort !

Oui nous femmes, pensions que durant ce confinement, nos corps eux aussi confinés, seraient oubliés par la société qui a pour habitude de se les approprier !
Et bien c’était sans compter sur toutes les possibilités qu’offrent les nouvelles technologies !
 
La dessinatrice Aboutevie parle de « charge esthétique » liée au confinement... En effet de nombreux articles mais aussi des publications vidéos pullulent en cette période.

Forcément nous devons respecter « les commandements de la femme confinée ». Comment ?
- Penser à s'épiler avec divers conseils et recettes maison pour y parvenir sans notre esthéticienne (évidemment une femme) ; on peut aussi citer les placements de produits, incessants dans ces vidéos et articles, qui eux ne connaissent pas de confinement !
- Penser à faire du sport pour ne pas finir "comme une baleine"  « summer body », « bikini body » j’en passe et des meilleures ! (pour info ça…oui oui ça … c’est du body shaming, de la grossophobie, enfin tout sauf de la bienveillance et du respect) !! Mais qu’on se rassure plein de personnes proposent plein de séances de sport pour NE PAS ROULER à la fin du confinement ! (et non pas simplement pour être en bonne santé !)
- Penser à faire des « masques » pour garder notre peau de pêche (quelle pêche ???? personne ne sait) ! et pour cela il faut faire des masques Pardi !!!!! Comment ? Et bien en utilisant des ingrédients bizarres (huile de busserole, hydrolat de fleurs) que personne, dans la vraie vie, ne possède au fond de ses placards !
- Penser à se "parer" pour ne pas paraître laide, On peut citer les articles sur les erreurs à ne pas commettre pour ne pas paraître laide lors des visioconférences si importantes en ce moment, ceux sur l’inesthétique des poils qui font passer les femmes pour des futures bêtes non désirables qui sortiront de leur trou, ceux sur les rides, les soutiens…etc !
- et puis … l’avalanche de blagues sexistes qui circulent sur les réseaux sociaux : femmes à poils, grosses, assignées à leur cuisine à faire de bons petits plats, s’occupant des enfants, faisant de la couture, de la déco etc…

Le souci dans tout cela, c’est qu’il s’agit des mêmes injonctions à la féminité, liées aux diktats de beauté, qui existaient déjà. Des mêmes stéréotypes des activités de la maison et des enfants, considérées comme réservées aux femmes.
Tout cela en étant fortes et zen, et en restant productives au boulot !
 
Ces injonctions sexistes sont encore plus largement diffusées via les réseaux sociaux.
Elles sont à la fois anxiogènes et culpabilisantes.
Mais par pitié !!!!! Se maquiller doit rester 1 choix ! et que celles, et d’ailleurs ceux AUSSI, qui veulent faire des masques, du sport, des plats sains le fassent et qu’on laisse les autres en paix !!!
Laissons-nous donc tranquilles !!!
 
Sexisme … jusqu’à l’absurde !
 
 
Pendant le confinement, certain·es semblent juger que les tampons, serviettes ou autres pilules du lendemain ne sont pas « de première nécessité » : des contraventions ont été données pour les personnes sorties acheter des tampons :
A rire ou à pleurer !
 
Horrifiées !
Une étude est sortie sur la baisse de l'hygiène des français.es en confinement. Elle compare le fait de garder le même sous-vêtement pendant plusieurs jours pour les hommes au fait … de ne pas mettre de soutien pour les femmes, qui serait aussi manque d'hygiène !
 
Confinement : Guide pratique
Infos utiles
 
 
La pilule est disponible avec une ordonnance périmée.
 
 
Jusqu’au 31 mai, un décret autorise les pharmacies à délivrer certains types de médicaments, même si l’ordonnance n’a pas été renouvelée.
Cette disposition est valable pour les pilules contraceptives, pour les femmes dans l’impossibilité de faire renouveler leur ordonnance, sur simple présentation de leur ancienne ordonnance.
 
Hommages
 
 
Rana Plaza :
on n’oublie surtout pas !

le 24 avril 2013, le Rana Plaza s’effondrait à Dacca au Bengladesh.
1127 mort·es, dont la majorité étaient des femmes.
L'immeuble abritait plusieurs ateliers de confection, où elles travaillaient pour des marques de vêtements internationales. Ce drame est dévenu le symbole des abus des multinationales qui s'engraissent au détriment des conditions de travail et de vie des populations.
Cette vidéo a été réalisée par la marche mondiale des femmes 
Voir ici
Continuons à dénoncer ce capitalisme sauvage et ses conséquences !
 

Sarah Maldoror, vous connaissez ?
 
Cinéaste engagée, d’origine antillaise. Pionnière du cinéma panafricain, elle a été emportée par le Covid 19 à 91 ans.
 
C’est l’occasion de mieux la connaitre pour lui rendre hommage :
 
 
Anniversaires
 
 
Gerty Archimède, née le 26 avril 1909 à Morne-à-l'Eau (Guadeloupe)
 
Gerty Archimède, femme majeure de l’histoire de Guadeloupe est née en 1909 à Morne-à-l’eau (Guadeloupe).
Figure de proue et icône féministe incontestée, son engagement pour les droits et l’émancipation des femmes a marqué l’histoire de la Guadeloupe
Elle fut, en 1939, la première Afro-descendante et femme antillaise à revêtir la robe d’avocate.
Engagée en politique au parti communiste, elle devint, en 1946, deux ans après que les femmes eurent le droit de voter et d’être élues (ordonnance du 21 avril 1944), la première Afro-descendante à entrer à l’Assemblée nationale.
Elle est à l’origine de la création en 1958 de la section guadeloupéenne de l’Union des femmes françaises.
Avocate, députée communiste, elle a 62 ans ... 
Lire la suite
 
21 avril 1944 : En France, les femmes obtiennent le droit de vote
.
Pendant l’Occupation de nombreuses femmes ont rejoint les rangs de la Résistance. Un engagement qui conduira la France libre du général de Gaulle à reconnaître l’égalité économique et politique des sexes.
Mais cette loi intervient aussi après un siècle et demi de luttes des suffragettes et de démocrates pour obtenir l’égalité des droits politiques avec les hommes.
Le résistant communiste, Fernand Grenier, défend fermement et avec obstination les droits politiques de la Française à l’assemblée. Le 23 mars 1944, l’Assemblée consultative siégeant à Alger adopte le principe du droit de vote des femmes par 51 voix « pour » et 16 voix « contre ».
Un mois après, le 21 avril, le général de Gaulle ratifie une ordonnance qui, à l’article 17, prévoit le vote des femmes et leur éligibilité : Les femmes sont électrices et éligibles dans les mêmes conditions que les hommes. Les Françaises obtiennent enfin le droit de vote et celui d’être élues, près d’un siècle après les hommes. Et après l’Espagne, la Turquie, la Birmanie ou même l’Ouzbékistan. Elles voteront pour la première fois en 1945 et entreront au Sénat en 1946.
 
 
Nous ne baissons pas les bras,
maintenons le lien social et militant
et restons mobilisé·es !
 
Vous êtes témoin ? Soyez solidaires !
Adhérez à l'UFM ! Rejoignez-nous !
Parce qu’ensemble nous sommes plus fort.es,
L’union des Femmes de Martinique vous propose aussi de venir nous rejoindre, pour votre précieuse participation, possible quelque soit le temps dont vous disposez.
 
C’est grâce à la mobilisation de femmes et d’hommes tel-les que vous, que la situation des femmes au quotidien peut avancer.
Oui, les mentalités, les droits, l‘égalité avancent.
Mais, vous le savez, il reste encore beaucoup à faire !
Au travail, à la maison, dans l’espace public … Pour cela, nous avons besoin de votre participation….
Femmes et hommes ! Chacun-e à sa place dans cette mobilisation !
Cliquez ici
 
 
Union des Femmes de Martinique - 2 adresses - 2 permanences :
 
Vous rencontrez des difficultés dans votre vie ?
Vous êtes victime de violences dans le couple, les espaces publics ou au travail... ? 
BRISEZ LE SILENCE, NE RESTEZ PAS SEULE, VOUS POUVEZ EN PARLER !
- La Maison de Solange
Espace d'Ecoute, d'Information et d'Accompagnement et Accueil de jour
pour femmes victimes de violences ou en détresse
58 rue Isambert - 97200 Fort de France
Ouvert : Lundi au vendredi de 8h à 18h - Samedi de 8h à 12h30
Tél : 0596 71 26 26
- Permanences mensuelles :
*Le 3° jeudi au SMPI de Trinité - de 9h à 13h - Service Municipal de Prévention et d'Insertion - Cours Usine Epinette (derrière ancien Match) - Trinité - Tel : 0596 58 13 73
*Le 1° vendredi à L'espace Sud Ducos - de 9h à 13h - Villla d'Eole - Rue Zizine et des Etages - Ducos - Tél : 0596 71 26 26 - 0696 29 29 03
 
- L'Espace Jane Lero
Centre de Ressources Angela Davis - Lyannaj pou fanm doubout
pour l'égalité entre femmes et hommes et la valorisation des femmes

Siège et Pôle Formation-Prévention
17 rue Lamartine - 97200 Fort de France - Ouvert : Lundi au vendredi de 8h30 à 16h
 Tél : 0596 71 26 26 - mail : u.femmesmartinique@wanadoo.fr -
 
 
Si vous souhaitez ne plus recevoir notre newsletter, c'est dommage ! cliquez ici
 
Envoyé par
SendinBlue
 
 
© UFM
 
Si vous souhaitez vous désinscrire de notre newsletter, cliquez ici